Crémation

La plupart des personnes écologiques pensent que l’incinération est écologique : c’est une grande erreur !

Un processus plus rapide et moins coûteux que l’inhumation sous terre. Les pays européens adoptent des positions variables au sujet de la crémation, mais la pratique est en essor pratiquement partout. Avec en tête la Suisse, la Grande-Bretagne, la Tchéquie et la Suède.

Quelques chiffres

  • L’incinération pèse lourdement sur l’environnement. Alors que ce rite a largement la faveur des Belges (57%),  son impact écologique est plus qu’inquiétant. L’empreinte écologique de l’incinération s’élève à 160 kg d’émission de gaz à effet de serre. Emissions de CO2, dioxines, rejet de mercure, etc. Le bilan est sérieux.
  • La crémation est tout sauf « naturelle », puisqu’il s’agit d’une manipulation technique du corps. Et elle est loin d’être  économique, si l’on considère la contradiction totale entre le coût d’un cercueil et sa destruction rapide. Même si elle est devenue l’un des procédés majoritairement souhaité par les Belges pour gérer « l’après », la crémation n’en demeure pas moins  beaucoup plus polluante encore que la simple inhumation sous terre.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s