Déclaration du Comité d’Experts

Par la présente, nous soussignés tenons à rassurer tous les hommes et toutes les femmes politiques sur le bien fondé de l’adaptation des législations en vigueur, concernant les pratiques funéraires autorisées, suite à la démarche formulée sur http://www.humusation.org et http://bonne-eau-bonne-terre.eu

Après examen approfondi, il est clairement établi que :

  • bon nombre de nappes phréatiques, aux abords des cimetières, sont classées « in-dépolluables » à cause des substances toxiques qui se forment dans les cadavres en l’absence d’air
  • la pollution de l’air, de l’eau, et même de la terre par les Crématoriums est importante (en plus du gaspillage d’énergie !)
  • les restes de notre passage sur terre, ne sont, en aucun cas, harmonieusement réintégrés aux couches fertiles de la Terre, qu’on soit incinéré ou même enterré.

Il est donc vraiment irresponsable de continuer à n’autoriser que les 2 pratiques funéraires actuelles.

Compte tenu de notre longue expérience en matière de compostage de matières organiques de toutes sortes, nous pouvons vous certifier que le procédé préconisé pour l’HUMUSATION (la Métamorphose/Transmutation/Transcendance des défunts en Humus) va garantir, de façon formelle, une réelle protection de l’environnement et exclure tous les risques en matière de salubrité publique.

Ce qui n’est absolument pas le cas pour l’instant qu’on ait choisi d’être incinéré, ou même enterré.

Car, dans l’état actuel de pollution de notre corps (de plus en plus gorgés de résidus de médicaments, métaux lourds, pesticides, fongicides, perturbateurs endocriniens, prothèses, et autres …), seule la capacité épuratoire d’un « SUPER COMPOST », adéquatement géré, peut garantir un « retour » à la Terre, sans « ardoise », pour les Générations Futures en prenant, bien évidemment, toutes les précautions pour éviter toute désacralisation des rites funéraires.
Les dépouilles mortelles des milliards d’humains représentent une biomasse dont le poids environnemental est loin d’être négligeable.
Point de gestion durable de l’environnement sans la ré-insertion correcte de nos dépouilles dans la biosphère. D’autant plus que nous pouvons nous appuyer sur la législation canadienne, où les Ministères de l’Agriculture et de la Santé, depuis quelques années déjà, recommandent clairement cette méthode de compostage, de préférence à l’utilisation des services d’équarrissage, pour leurs bovins et porcins même malades !

C’est l’émergence d’une vision nouvelle sur la vie et la mort, en accord complet avec les lois de la nature et les traditions : nous « venons » de la Terre et, à la fin de notre existence terrestre, nous y retournerons pour faire de l’humus, de la terre vivante. Elle aboutira à la production de +/- 1 m3 de « super compost », aux vertus très proches de la « Terra Preta », capable de décupler les effets lors de la fertilisation des sols.

En résumé, en choisissant cette HUMUSATION, la seule pratique funéraire 100 % favorable à l’environnement, les gens pourront enfin cesser d’empoisonner les vivants, avec leur dépouille mortelle, et réduire leur empreinte écologique globale plutôt que l’alourdir, encore sensiblement, par leurs obsèques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s